Je vous promets de revenir...

Publié le par Lucy



Enfermé dans les prisons de Vichy, accusé d'être à l'origine de la défaite, Léon Blum réussit le tour de force de retourner l'opinion publique en sa faveur et de reconstruire le Parti socialiste en ruines. Le secret de sa victoire : une femme, Jeanne Reichenbach.

Septembre 1940. Léon Blum est arrêté sur ordre de Pétain. Motif : c'est « l'esprit de jouissance » du Front populaire qui a fait sombrer le pays dans la décadence tandis que l'Allemagne régénérée par Hitler produisait canons et chars d'assaut. Léon Blum se savait menacé ; il aurait pu fuir le pays comme ses amis le pressaient de le faire, mais il a choisi de rester. Il veut cette arrestation, parce qu'il veut un procès public pour se laver devant le pays tout entier des accusations lancées contre lui. De septembre 1940 à février 1942, Blum est traîné de prison en prison, et, autour de lui, on commence à craindre pour sa vie. Pourtant, le vieux leader résiste, lutte, se bat ; même enfermé, il réussit à rendre vie à son parti détruit et discrédité. Finalement, le procès se tient à Riom, et c est un coup de théâtre : en quelques semaines, à force d'éloquence, d'énergie, d'humour, Léon Blum parvient à gagner à sa cause jusqu'à ses geôliers, qui se mettent au garde-à-vous quand il passe. C est plus qu'en peuvent supporter les Allemands : ils donnent l'ordre d interrompre le procès. Bientôt, ce sera la déportation à Buchenwald, dans l étonnant et surréaliste pavillon de chasse de Himmler, réservé aux « hôtes de marque ».
Pour expliquer la vitalité et de cet homme de soixante-dix ans, on évoque l'optimisme, l'humanisme... Mais cela ne suffit pas ; Léon Blum a un secret : une femme qu'il aime et qui l'aime.
Avant guerre, Jeanne Reichenbach et Léon Blum étaient des amis distants, mariés chacun de leur côté. En 1940, aux heures sombres de la débâcle, tout change. Blum est veuf, isolé, vilipendé... Jeanne Reichenbach prend sa décision ; elle quitte son mari et vole au secours de l'homme qu'elle a toujours aimé en secret. Qui la découvre, et tombe amoureux. C'est grâce à elle - tous ses proches en conviennent - qu'il surmonte les obstacles, les affronts, les coups bas, et c'est grâce à elle qu'à Buchenwald, où elle l'a suivi, il survit encore.
Discrète jusqu'au seuil de la mort, Jeanne Reichenbach a détruit avant de se suicider, en 1982, une partie des lettres que Léon Blum lui avait adressées. Dominique Missika a retrouvé ce qui en restait. Elles révèlent, jour après jour, de prison en prison, une histoire d'amour peu banale entre deux êtres exceptionnels de force et d'intelligence.

Biographie de l'auteur
Dominique Missika est historienne. Productrice à France Culture et collaboratrice de la chaîne Arte, elle a été directrice de la rédaction de la chaîne Histoire. Elle est l'auteur de plusieurs livres consacrés à l Occupation, notamment La guerre sépare ceux qui s aiment (Grasset, 2001) et Berty Albrecht (Perrin, 2005).


Commentaire : Un livre passionnant et très touchant sur cette période très peu connue de la vie de Léon Blum et surtout de cette très belle histoire d'amour entre ces deux personnes. Cette femme qui va le suivre jusque dans l'exil et va se marier avec lui durant son incarcération.

C'est aussi une totale abnégation de cette femme vis à vis de cet homme qu'elle vénère au plus haut point, laissant tout pour le suivre et n'existant pratiquement plus après sa disparition en 1950!

Il est heureux que l'auteur ait pu retrouver quelques lettres et témoignages, bien que Jeanne Reichenbach ait brulé la majeure partie des documents ayant trait à cette époque avant de choisir de partir elle aussi !

J'ai pu lire cette très belle histoire grace à Guillaume de :

et je l'en remercie vivement !

Publié dans Mon livre du moment

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Sophie 01/09/2009 02:31

Moi aussi je l'ai reçu par Babelio et l'ai vraiment beaucoup apprécié.